Journées des Moulins 2012
 Moulins à visiter en Ile-de-France

Sauvons un patrimoine

Cette année encore, il y a 2 « JOURNEES des MOULINS ». Les Journées européennes des Moulins les 19 et 20 mai et les Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins les 16 et 17 juin. Ces journées permettent d’établir un lien entre le public et ces témoins du passé tellement extraordinaires. Que tous les acteurs de ces journées soient remerciés pour le temps qu’ils vont donner lors de ces deux week-ends.

J’invite un maximum de citoyens à rendre visite à ces constructions du passé qui vous étonneront par l’ingéniosité et la diversité de leurs mécanismes. Pour les moulins à eau,  soyez attentifs à la façon dont l’eau était captée et conduite afin de pouvoir récupérer l’énergie dont elle était porteuse. Les moulins ont rendu obligatoire l’entretien suivi et soigné des rivières. A cette époque, l’eau était pure, la flore aquatique saine et les poissons abondants. En période de sécheresse le moulin ne pouvait plus tourner mais l’eau retenue par son déversoir garantissait la survie des plantes et des animaux. Aujourd’hui, l’Administration veut détruire cet équilibre biologique en raison du constat d’une dégradation de la qualité de l’eau. Pour elle, en détruisant les « barrages » (donc les moulins), les rivières retrouveront l’aspect qu’elles avaient il y a deux mille ans. C’est oublier le bouleversement de l’environnement créé par notre société moderne, c’est oublier l’envol de la consommation d’eau potable et d’irrigation, c’est oublier l’empoisonnement par toutes les pollutions que nous produisons !

S’il vous plait, aidez-nous à défendre la qualité de l’eau et l’environnement aquatique, aidez nous à défendre ce précieux Patrimoine que sont les Moulins à eau et à vent. L’Association de Sauvegarde des Moulins Ile De France est là pour ça, voyez ses coordonnées en bas de la page précédente et cordialement : MERCI


Les Moulins, ces "Usines"

     Depuis le Néolithique, l'homme a utilisé des pierres, puis des meules pour broyer ses aliments. L'évolution de l'humanité a permis progressivement l'amélioration des techniques et une diversification de l'utilisation des moulins. Fonctionnant avec des animaux, des esclaves (à sang), ils prennent de l'essor en devenant à eau puis à vent. Ils permettent de broyer, foulonner, scier le bois, travailler le fer, écraser (céréales, cidre, huile,...), fabriquer du papier... On voit même des moulins à marée et des moulins bateaux qui disparurent car ils représentaient un danger pour la navigation (le dernier en 1840 sur la Seine).

     En 1809, en France, il y avait 82 300 moulins à eau et 15 900 moulins à vent (rapport de 5 pour 1) pour environ 29 millions d'habitants. On peut s'étonner de cette différence de nombre, mais le moulin à vent est plus visible que celui à eau, plus discret dans son environnement.

     Le moulin à eau est bien plus ancien (premier siècle avant J.C., décrit par Vitruve) que le moulin à vent (XIIème siècle).

     Comment actuellement s'imaginer la région parisienne il ya 200 ans. Et pourtant le moulin était un centre important d'activité comme sur l'ensemble du territoire. Montmartre comptait une trentaine de moulins.

     La région jouait un rôle important dans le domaine des meules avec La Ferté-sous-Jouarre, commerçant sur le plan international, en fonction de la qualité de la pierre. On en retrouve en Russie, en Afrique du Nord, aux Amériques, en Angleterre... Le travail était dur pour ceux qui les fabriquaient (on commençait vers 15 ans, avec 12 à 13 heures de travail par  jour, du lundi au samedi). La durée de vie allait de 35 à 45 ans.

     Les moulins à eau participent et participeront de plus en plus au développement durable par la production d'électricité.

     De nos jours les moulins construits dans des sites agréables (ils ont inspiré les peintres) représentent un patrimoine à protéger au même titre que les châteaux et les églises.

     Il en est de même des machines hydrauliques servant pour le pompage, avec des réalisations mécaniques remarquables.

     Des amoureux, des passionnés restaurent, entretiennent, ces témoins de l'activité humaine et font partager leur passion aux visiteurs.

     Ainsi ces sites sont toujours vivants. Vous pourrez en visiter, quelques-uns qui ont bien voulu ouvrir leurs portes. Nous remercions toutes les personnes indépendantes ou associatives qui participent le plus souvent bénévolement à ces journées en vous faisant partager leur enthousiasme.